Chambre d'agriculture de Lot-et-Garonne (47)

Chambre d'Agriculture
de Lot-et-Garonne

271, Rue de Péchabout
BP 80349
47008 AGEN CEDEX
Tél. 05.53.77.83.83
Fax 05.53.68.04.70
Logo de la République Française - Liberté - Égalité - Fraternité
avec la contribution financière du compte d'affectation spéciale "Développement agricole et rural"

Parnet Tic 2

Projet Européen

Météo

Branchez-vous sur :

  • le 08.92.68.02.47
  • Météo France (pour le Lot-et-Garonne)
    Logo de Météo France
  • l'ACMG au 08.92.68.47.82
Le 04/08/2017 15:24 Il y a : 134 jour(s)

Précision du guide de lecture de l'INAO - version de juin 2017

La dernière version du guide de lecture a précisé plusieurs éléments, quelques exemples à retenir.

En page 21, il est précisé les règles d’écornage pour les bovins :

« Dans le cas où l’écornage est pratiqué chez des bovins, cette opération doit s’effectuer, de préférence par ébourgeonnage et avant l’âge de 2 mois sauf cas dument justifié mais ne pouvant excéder l’âge du sevrage. Avant 4 semaines d’âge, l’analgésie est obligatoire ; l’anesthésie n’est pas obligatoire mais conseillée. Au-delà de 4 semaines, selon les recommandations du Conseil de l’Europe, l’écornage et l’ébourgeonnage doivent être effectués sous anesthésie locale ou générale par un vétérinaire ou toute autre personne qualifiée, conformément à la législation nationale.

En page 23, il est précisé les modalités d’alimentation des animaux avec des aliments issus ou non de l’exploitation :

Les dispositions de l'art. 21 du RCE 889/2008 permettent de démarrer une conversion des animaux dès le 13ème mois de conversion des parcelles et de les nourrir avec un max. de 30 % de C2 venant de l'extérieur de l'exploitation, un max. de 20 % de C1 issus de l'exploitation (pâturage, prairies permanentes, fourrage pérenne) et le reste de la ration composé de C2 de l'exploitation ou d'aliments Bio venant de l'extérieur. Une telle situation doit être validée par l’organisme de contrôle au cas par cas. Ces pourcentages doivent être calculés en moyenne sur l’année ou sur six mois dans le cas de conversion de petits ruminants ou d’animaux destinés à la production laitière.

En page 26, il est précisé les délais d’attentes en cas de vaccination préventive :

Le doublement du délai d’attente ne s’applique pas dans le cas de vaccins appliqués en préventif car ils sont considérés comme des médicaments vétérinaires immunologiques et non allopathiques.